Trés chère Pauline,

 

Just Published, December 12th, 2013: “Rumeurs Océanes” suivi de “Douze Lettres d’escale”.

To download go to:  http://www.12-21editions.fr/site/rumeurs_oceanes_suivies_de_douze_lettres_d_escale_&100&9782823812879.html

Written on Christmas Eve, 1513

I salute you.  I am your friend, and my love for you goes deep.  There is nothing I can give you which you have not.  But there is much, very much, that, while I cannot give it, you can take.  No heaven can come to us unless our hearts find rest in it today.  Take heaven!

fra-giovanni.jpg

No peace lies in the future which is not hidden in this present little instant.

Take peace! The gloom of the world is but a shadow.  Behind it, yet within our reach, is joy. There is radiance and glory in darkness, could we but see. 

And to see, we have only to look.  I beseech you to look! Life is so generous a giver.  But we, judging its gifts by their covering, cast them away as ugly or heavy or hard.  Remove the covering, and youwill find beneath it a living splendor, woven of love by wisdom, with power. Welcome it, grasp it, and you touch the angel’s hand that brings it to you.

i-hear-the-flute-martinerie.jpg

Everything we call a trial, a sorrow or a duty, believe me, that angel’s hand is there.

The gift is there and the wonder of an overshadowing presence.  Your joys, too, be not content with them as joys.  They, too, conceal diviner gifts. Life is so full of meaning and purpose, so full of beauty beneath its covering, that you will find earth but cloaks your heaven. 

Courage then to claim it; that is all! But courage you have, and the knowledge that we are pilgrims together, wending through unknown country home. And so, at this time, I greet you, not quite as the world sends greetings, but with profound esteem and with the prayer that for you, now and forever, the day breaks and shadows flee away.

~ Fra Giovanni ~

_________&&&__________

“Veiller ou périr et le travail d’aimer. Ô petit ange des grèves…”

young-lady-web.jpg

EMBARQUEMENT POUR CYTHERE 

              A Pauline je confiai le secret. Elle saura le garder.              

     … Nous voilà naviguant sur les mers vers le soleil levant de l’invisible. Nous apprendrons au fil des jours à tisser sur la chaîne du silence la trame des mots qui délivrent des faux Dieux, libèrent le souffle océanique. Enfin quitter la terre. Voilà ce que seront ces heures d’étroite proximité, le seul usage que je ferai du temps passé à vos cotés….    

tempete-web.jpg

(Version intégrale de la lettre: Flâneries Tome 1, N°40 )  

Published in:Uncategorized |on novembre 9th, 2009 |Réagir »

CINGLANT À SEC DE TOILE

whitmansmall-web.jpg 

En Partance pour tous les ports, ce blog est pour toi, marin téméraire,

Qui cherches dans la fureur du monde, des balises, des repères,

Et la pureté de l’air,

La beauté sur la terre,

Et les grands vents de mer.

 AVERTISSEMENT

In order to welcome the entries of English speaking contributors, this blog is partly bilingual.

Afin d’accueillir les contributions en langue Anglaise, ce blog est en partie bilingue.

_______________________________________________________________

Le difficile n’est pas d’écrire un livre mais d’établir un rapport au langage qui ouvre à l’âme l’étendue des possibles.

“Cinglant…” a le mérite d’être au monde et d’y être entré par la porte joyeuse, celle qui fait valser sans faux-col le coeur et l’esprit quand ils se prennent la main sur les chemins buissonniers, celle aussi qui exerce une tendre poussée sur le langage pour qu’il se brûle dans la lumière du jour à sa maturité.

walt-300-dpi-web.jpg 

Mine de plomb par Susanne Williamson

“Vogue, vogue, cingle vers la haute mer libre de tout rivage!”

WALT WHITMAN

Chahutés sur les mers barbares, poussés par les grands vents, leur navire s’aventure au-delà du connu. Ils vivent alors les mêmes dilemmes, les mêmes émotions qu’éprouvèrent les marins de la Santa-Maria foulant les plages du nouveau monde.

tempete-devant-web.jpg

Un voyage intérieur, une quête initiatique, l’océan et ses épreuves, ses mystères, en toile de fond.

En forme de contes philosophiques, courtes nouvelles ou récits nomades, j’ai commis ce recueil de lettres ouvertes à mes patients ; pont vers l’invisible, chandelle fragile dans la nuit du monde, ode à la vie passante, le lecteur les reconnaîtra.

Le choix des métaphores, d’une langue ciselée, picturale, a été celui des valeurs tactiles, à mi-chemin du songe et d’une vie d’homme offerte aux météores, et à l’instant qui fuit, insaisissable. Dans l’ordre visuel, ces lettres seraient miniatures médiévales, parentes éloignées de plus modeste lignage des “Très riches heures du Duc de Berry”.

seaengraving2.jpg

J’ai puisé la matière de ces lettres dans mon expérience de la mer  autant que dans ma pratique clinique et lors des escales, dans les ports… ou ces moments suspendus entre ciel et terre, ces mémoires, qui, larguant les amarres du temps, voguent insoumises sur des mers sans rivages.

Si ces lettres d’itinérance témoignent, elles se voudraient aussi astrolabe et grande misaine, gabier sur la vergue serrant la toile, vigie sur la hune scrutant l’océan, large baie ceinte de collines verdoyantes où mouiller l’ancre en eaux calmes, balise vers le port.

Elles sont un hommage à mes patients, marins téméraires entre tous.

MB

________________________________________________

 

“Souviens-toi que dans la maison du bonheur, notre joie est née dans l’arôme du vin rouge.

Souviens-toi que ceux qui ont bu ce vin, c’était toi et moi, bien-aimée, et que l’amour fut notre convive.

Souviens-toi qu’alors, grâce à toi, mes poèmes, les perles de Hafiz, furent mises en collier.”

HAFIZ

___________________________________________________________

dans-la-tempete2.jpg

Lavis par Valérie Perreau 

“Sur la mer point d’images,

Ni belles ni sages,

Vivre seulement la page,

Sans le souci de l’age.”

____________________________________________________________

Recueil illustré par Valérie Perreau ( 33 Lavis) et Susanne Williamson ( 2 Portraits, mine de plomb et fusain)


C’est la source que je présens à chaque page, derrière la main : l’encre se délie,
l’eau et le pinceau voguent vers l’immensité et la lumière naissante de gris infinis, on les nomme
lavis …
Paroles d’éternité, Lettres prophétiques, éclosion de la tache en paysages grandioses ou coin de jardin :
Essentielles, si proches et si lointaines, guidées par l’Esprit et l’attention à l’homme.
Livre de bord ou carnets de voyage, ces pages me disent l’ici et maintenant d’une “ Présence Pure”.
Le safran, seule couleur vraie, guidé de main sûre, garde le cap : Grâce du cinglant à sec de toile.”

Valérie Perreau  ( perreau.valerie@neuf.fr )

Sèvres

¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨ Emily Dickinson and Walt Whitman, two American poets of the same era– visionaries in their own manner. Whitman- expansive and inclusive, Dickinson – secluded yet expansive.  To study their images, to sense their thoughts and feelings and to try to see the world through their visions, to put this light from a higher world into their eyes; this was the challenge to create their portraits – a wonderful gift to enter into another world that is also a part of this new book of letters.  

“To see a world in a grain of sand and a heaven in a wild flower.”                                      WILLIAM BLAKE

Susanne Williamson  ( susanne.williamson@wanadoo.fr )

e-dickinson2.jpg

Mine de plomb par Susanne Williamson

Emily Dickinson et Walt Whitman, deux poètes Américains de la cote Est nés à onze ans d’intervalle, visionnaires, chacun à leur manière. Whitman – cosmique et généreux, Dickinson – recluse et pourtant généreuse.  Contempler leurs images, m’approprier leurs pensées et leurs sentiments, m’efforcer de voir avec leurs yeux, faire briller dans leur regard cette lumière d’un ailleurs fut le défi qu’il me fallut relever pour que vienne au monde leur portrait. Pénétrer cet ailleurs est une grâce que je dois aussi à ce recueil de Lettres d’escale. 

“Voir un monde dans un grain de sable et les cieux dans une fleur sauvage.”                      WILLIAM BLAKE

Susanne Williamson

________________________________________________________________

Publié aux Editions « Les 3 Orangers » www.les3orangers.com , Tél. : 01 43 46 64 72 

Le hasard – « cet homme de paille de Dieu », disait Marguerite Yourcenar – a voulu qu’un navire battant pavillon inconnu et portant dans ses soutes le manuscrit de « Cinglant à sec de toile », vienne un jour accoster à l’ombre des 3 Orangers.

D’échos silencieux en images musicales, les mots couleur de mémoire, d’avenir et de vie donnée en partage ont naturellement ouvert la voie du livre, suscitant les correspondances des encres de Valérie Perreau.Et ces multiples escales singulières ont engendré un livre pluriel où souffle le vent précieux des affinités et des différences. 

Olivier Gillissen,  Editeur

cinglant-couv-1-4-web2.jpg

144 pages en 9 cahiers cousus, livré avec un signet. Imprimé en Garamond sur centaure naturel Ivoire de 120 g. trente six (36) Illustrations en Monochrome. 

A Frédéric T. qui s’interroge sur le sens du titre : « Cinglant à sec de toile » : L’expression est un terme consacré de la marine à voile. Elle fait référence au navire dans la tempête qui file à vive allure par la pression du vent sur la mâture et le gréement, toutes voiles carguées (serrées contre les vergues). On dirait en plaisance moderne que le navire est en fuite, toutes voiles affalées.

____________________________________________________________

cinglant-p1_reduit.jpg      marque-page-we2.jpg

                       1ère de couverture                                        Signet

4eme-de-couv-web.jpg

                Quatrième de couverture

Publié en Septembre 2008, 17€, distribué par DILISCO

RENSEIGNEMENTS: Editions “Les 3 Orangers” Tél: 01 43 46 64 72 Courriel: les3orangers@noos.fr

COMMANDES: Chez votre libraire, ou, si vous ne pouvez pas vous déplacer:

Sur amazon.fr (livraison gratuite) à: http://www.amazon.fr/Cinglant-Sec-Toile-Bouriche/dp/291288375X

Sur le site de la FNAC (Franco de port): http://livre.fnac.com/a2445613/Marc-Bouriche-Cinglant-a-sec-de-toile-lettres-d-escale-a-mes-patients?Mn=-1&Ra=-1&To=0&Nu=1&Fr=0

(For the US & Canada, please contact directly the author at: marc.bouriche@wanadoo.fr )

AMI LECTEUR,

Un lieu de partage, de rencontres, vous est accessible. Il n’est pas indispensable que les textes proposés fassent référence au recueil. Pour y accéder:

ET LIRE LES COMMENTAIRES DES LECTEURS OU PROPOSER LE VÔTRE, CLIQUER SUR LA MARINE DE REMBRANDT EN BAS DE PAGE

ou dérouler la page pour trouver la boite de dialogues.

Si vous avez aimé ce blog, merci de le faire connaître !

auteur.jpg

Lavis par Valérie Perreau

BIENVENUE A BORD !

…………………………………………………………………………………………………………….

FRIENDLY READER

A place to meet and share your entries is accessible to you. It is not necessary for those entries to refer to the Letters. Entries in English are most welcome.

TO READ THE READERS COMMENTARIES OR ENTER YOUR OWN: CLICK ON REMBRANDT’S SEASCAPE BELOW, or unscroll the page and access to the dialogue box.

If you enjoyed this blog, thankyou to pass it on !

Marine (Rembrandt Van Rijn)

rembrandt-web.jpg 

Rembrandt seascape

WELCOME ABOARD !

 

 

Published in:Uncategorized |on février 12th, 2008 |18 Commentaires »


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 28 articles | blog Gratuit | Abus?