HAFEZ: PRINCE DES POETES, Amour vivant dans un monde miniature

hafez_5-web3.jpg 

Clarisse Minassian est née à Abadan, ville côtière du Sud Ouest de l’Iran.

_____&&_____

Parce que leurs parents étaient musiciens, mélomanes ou amoureux du cantor quelques enfants de la vieille Europe ont eu le privilège de s’éveiller à la vie de l’esprit en fréquentant au quotidien les suites pour violoncelle, les cantates ou les concerto Brandebourgeois. Pour Clarisse, le cantor fut un poète de Shiraz du 14è siècle, Muhammad Hafez.

Hafez est aujourd’hui considéré comme le symbole culturel de l’Iran éternel ; sa ville natale, située à quelques 500 Km à l’est d’Abadan, est aussi appelée la ville de la fleur et du rossignol. Shiraz reçoit chaque année des milliers de visiteurs venus chanter, inspirer, méditer sur la tombe du poète de l’amour qui jamais ne pâlit, du mystique.

hafez-mini.jpg

 Clarisse has been the soul and the inspiring force of this project. Her life is an example of dedication to Hafez as her single and unique Beloved and Teacher, since, as a teenager, she began to study classical Persian literature. 

Thank you Clarisse for making possible the celebration of Hafez’s prophetic and timeless message. We have all been regenerated through his love and poetical vision.  

marc-mini.jpg

MB

Chère Clarisse,

Ce fut une une jolie rencontre que de travailler avec toi sur Hafez. La vie fait bien les choses et Hafez nous a fait nous connaître à un moment clé de mon travail et de ma vie personnelle. Cette sincérité de ton engagement et de ton travail m’a plu et m’a beaucoup touché. Je crois profondément aux projets du coeur et au travail de choeur, tu en as été la démonstration. Ce travail m’a aussi permis de poser des problématiques sur mon travail de comédienne. Cette sincérité est une des clé de notre travail…aller chercher le fond de soi, notre âme. Au plaisir de se revoir.

julie-mini.jpg

Julie

The voice of Hafez is like the embers under the ashes, then you came to blow on it and it burst into flame fully alive again.Poets of the past need a voice like yours to sing again.To witness that revival was a uplifting experience.Your lecture on Hafez was quite a moment and I am lucky to have captured some of it on a little video.You have also impressed two young souls who will keep in their heart a pearl of great prize.Clarisse, what we have done during these three days is the cement that seals friendship.

Warm hug to you.

michel-mini.jpg

Michel 

Dear Clarisse,

Thank you so much for providing the wonderful opportunity we all have to share this experience together. The poetry so beautifully felt and spoken- the colourful graceful costumes – the music and impressions – all create a magical moment wherein the Persian miniature comes alive through Hafez, or better put - Hafez comes alive through magic of this Persian miniature experience.

I am glad that you could bring your lifelong interests together for us all to share in this moment.

susy-mini.jpg

Susan

Avec toi, auprès de toi, chère Clarisse, tout est simple et vrai, la bonté venue de l’expérience, le silence et la bienveillance profonde et douce d’un regard, le regard qui écoute, qui enveloppe, qui questionne, qui aime. La beauté et la grâce du Prince des Poètes, la délicatesse, le symbole et le sacré dans chaque geste et chaque objet des miniatures, plus de limite spatiale ou temporelle. Clarisse, merci pour ce magnifique témoignage, cette divine transmission dont tu es l’héritière et la créatrice. Tu nous en offres la magie et l’amour qui rayonnent de façon manifeste à travers toi. 

claudine-mini-2.jpg

Claudine

_____&_____

Chère Clarisse,
Tu le sais déjà mais on ne le répète jamais assez, ce fût un bonheur de” travailler” ensemble, je dis “travailler ” entre guillemets car c’était bien plus que ça… Ça a été avant tout une très belle aventure humaine menée par toi avec brio. Un travail sincère en constante “re-création” de soi…
Je t’embrasse,

elodie-mini.jpg

Elodie

______&&______

hafez_5-web3-bis.jpg

Clarisse vit aujourd’hui à Londres.

“It was my father who for the first time when I was thirteen introduced me to the poetry of Hafez with the following ghazal:

(Agar aan taayer-e ghodsi ze saram baaz aayad…)

             If yon Bird of Paradise will revisit me once again;

                       My lived life will revisit my aged mind once again.

divan_von_hafiz-web.jpg

Individuals whose sensitive artistic imagination have been a constant inspiration throughout my life for the birth of the Hafez project are:  my father whose hobby used to be drawing portraits and playing the mandolin (he used to take me to classical music concerts in Abadan, south-west Iran, where I was born).  My mother who encouraged me to be a fearless spiritual warrior since my early life (she had a good eye for beauty and a unique genius for creativity).  My maternal grandfather who was a master carpet designer (he had riotously colourful carpet designs scattered all over his workshop in central Iran).  My grandmother who taught me all about carpets from age five; when I was sitting next to her on the loom she would tell me stories about good and evil (later in my higher education in the West this heritage became the inspiration for my thesis on Persian carpets). 

tapis-persan-2-web.jpg

 An aunt who was a marionetteer with the imagination of a magician; it was her perfect artistry that would ablaze my seven year old heart.  My brother who is an accomplished oil painting artist.

As a child I also loved listening to ancient and spiritual stories of my family elders especially in the evenings under the celebrating stars.  

In secondary school a good number of my teachers were either Sufis or had esoteric leanings; in the classroom they would often illustrate the abstract subjects (e.g. trigonometry) with parallel esoteric examples.

tapis-persan-3-web.jpg

I am the first born of a family of four children.  With a natural sense of responsibility, one day when I was twelve years old I gathered my other three siblings in our living room and invited them to sit down on the floor, in a circle, on the central medallion of a very large Kashan carpet, the design of which was bursting with colours and graceful patterns intoxicating my imagination with morality fairy tales; this was to become a regular pass-time for us later.  I would then read for them simple excerpts and stories from my school books: Sanaaie, Kalileh va Demneh, Tagore (translated Gitanjali, a birthday present), especially Saadi and the Old Testament. 

The best of Persian classical literature, mystical poetry, erudite music, aestheticism of miniature paintings, are examples of works produced only by evolved and free men under unspeakably harsh political conditions; the names of few of these masters have survived challenges of times.”

CM

_____&&_____

“If yon Bird of Paradise will revisit me once again; My lived life will revisit my aged mind once again.” Hafiz  

My dear Clarisse, 

Those lines, above, reverberate and send a seismic shudder that rends my northern isolation. How astonishing that such lines, a whispered prayer, plaintive in the long absence of the Beloved, but carrying an inner certainty of the restorative powers that such a meeting would bring to a Soul entrapped by a tired and ailing mind, falling from Hafiz’s teeming treasure trove, and emerging through your father’s lips, should be the poet’s first pearl to grace your childhood memory.  

thomas-meadow-web.jpg

Although we have known each other for many years, it is the first time I have encountered, through Marc’s beautiful blog (a poet would flinch at the words “beautiful” and “blog” in the same sentence; yet, beautiful it is), your childhood’s history and its many happy influences. Your childhood, although I am certain it had its pains and hardships, reads as something that would be read from a storybook by a benevolent guardian to my open-mouthed, infatuated infant imagination: a Persian princess of long-ago in a grand seraglio telling a story to her equally open-mouthed brothers and sisters, swelling the dreams of a young boy brought up in the cold catholic northern European tradition. My phantasy, your reality.  

And, as you recount, poetry is transformed out of the harsh realities of the external world, then protected, revered and preserved for future generations, the torch being carried by artistic exiles. For, as history tells us, your childhood world was rudely shattered in the name of religion, a religion, in its practice, some echelons below its spiritual source — the One that Hafiz so celebrated.  

thomas-web.jpg

And you have journeyed with Hafiz through your long exile. (We are all exiles from our childhood homes should we care, or dare, to open that box and look inside.) But you have had a fine traveling companion. Your studies have kept him alive. You have protected his pure word, as he has protected your inner beauty against the ravages that life brings. You have revered his heavenly music, as he has been groom to your spiritual marriage. Your translations, and your wordless embodiment of them, have preserved and broadcast his name. Loss, the internal distillation of life’s suffering, is fuel for the Soul; Hafiz, your exalted lover, the catalyst and transformer; celestial drunkenness the reward.  

avec-mon-frere-le-vent-web.jpg

I was not there to see you perform. Nor the dear friends who provided the caravan to take to the road and who contributed to the traveling performance. But I do know the quiet, self-contained, always reticent, usually holding back, Clarisse. Although I have heard her at times, around corners, from a distance, in full flow with a chosen friend. Yet this Clarisse that I know, armed with a lifetime’s study and an invisible lover at her elbow, ventured on to a stage, singing their mutual songs to an unknown audience.  

You are an inspiration. 

Much love,

Thomas 

______&&______

Dame Poésie et Dame Musique

muse-poesie-2-bis.jpg 

muse-musique-2.jpg

Les Muses 

muses-2.jpg

Les muses au théâtre:

muzes_012.jpg

hafez_7-web2.jpg

hafez_5-web7.jpg

muzes_004.jpg

maquillage-2.jpg

muses-au-theatre-1.jpg

muses-au-theatre-2-2-bis.jpg

Le poète

hafez_13.jpg

le-poete-web.jpg

Le costume du poète, une création de Agnès Marillier 

hafez_028.jpg

Répétition au salon de Musique

muse-poesie.jpg

muse-de-la-musique-web.jpg

Dame Musique

____&&____ 

Présenté sur la scène Parisienne le 22 Février 2011 au Théâtre Saint Louis en l’Ile Paul Rey   http://www.theatre-ilesaintlouis.com/contents/view/9

hafez-flyer-6-430.jpg

____&&____

« Endurer, disséquer ou chanter son mystère, l’âme doit choisir. Aux prémisses de l’automne la mienne prend son parti, celui du rossignol. »

persian-love-poetry-3-web.jpg 

Hommage au prince des poètes

              Shams-ud-din Muhammad HAFEZ

Après sa “rencontre” avec le maître de Shirâz, Goethe écrit :

goetheweb.jpg

“Hâfez inscrit dans sa poésie une vérité indéniable et de façon indélébile… Hâfez est un poète hors du temps”.

Goethe s’inspire de Hâfez pour composer l’une de ses dernières œuvres magistrales :

Le Divân occidental-oriental.

haf21-web.gif

 

 

 

Treize Ghazels traduits du Farsi par

 

Clarisse Minassian  &  Marc Bouriche

 

Note des traducteurs: Nous avons fait le choix de respecter l’absence de ponctuation de l’original (sauf ? & !). Pour certains des Ghazels nous avons tenté de retrouver le rythme et la musique du poète en adoptant une scansion à rimes.

 Le Farsi est la langue maternelle de Clarisse et le Français celle de Marc.

hafez-rose-web.jpg

____&&____

Présenté sur la scène Parisienne le 22 Février 2011 au Théâtre Paul Rey Saint Louis en L’Ile, http://www.theatre-ilesaintlouis.com/contents/view/9 , prix des places: 15 €, étudiants de moins de 25 ans: 10 €. Les portes du Théâtre sont fermées à 18h30 et ne peuvent être ré-ouvertes pour les retardataires.  Réservation: 01 46 33 48 65.

“HAFEZ: PRINCE DES POETES -

Amour vivant dans un monde miniature.”

Soirée de poésies et miniatures Persanes

toile-de-fond-hafez-2.jpg

 Produit par:

Couleur-Compagnie

http://www.ooui.org/couleur-compagnie/

Une création du groupe:

“GAZELLE SAUVAGE”

clarisse-b-d-web.jpgmarc-b-4-web.jpgjulie-jpeg.jpgelodie-2-web.jpg

Clarisse Minassian: Réalisation/Mise en Scène, Costumes des muses, Maquillage, Traduction, Récitante Farsi

Marc Bouriche: Directeur de production, Communication, Traduction, Récitant Français,

Julie Bouriche, Comédienne, Muse du Poète (Poésie)

Elodie Foubert, Comédienne, Muse du Poète (Musique)

Susanne Williamson, Chef décorateur,  susie-chef-decorateur-2.jpg

Michel Desplanches à la régie:  michel-regie-web.jpg

Martine Suzanne, Script: martine-script.jpg

Agnès Marillier, costumière: Costume du Poète:  agnes-marillier-web.jpg

agnes.du105@gmail.com

Prises de vue: Jean-Francis & Claudine Cheriez: jf-prise-de-vues.jpgclaudine-prises-de-vue.jpg

kamancha1-web.jpgkamancha2.jpg

Kamancha

Les poèmes mis en scène au cours de cette soirée lyrique sont illustrés par une chorégraphie de peintures vivantes inspirées de l’esthétique et de la mystique de l’orient médiéval. Dans la langue symbolique d’une poésie visuelle incarnée, les muses du poète interprètent des tableaux empruntés à la tradition des miniatures Persanes, comme un rappel sur le plan matériel des mondes spirituels.

persian-love-poetry-4-web.jpg

Le triomphe de l’Amour, thème récurent de la poésie de Hafez, est décliné sous toutes ses formes visibles, … et invisibles.

Intermèdes musicaux: musique Persane traditionnelle. 

 sr-5-web.jpg

______&&&______

Connaîtras-tu l’extase dans les bras de l’aimé ? C’est le nectar du muet lèvres closes à savourer 

Le chemin est moins rude qui s’écarte de l’âme que les sentiers du renoncement aux joies de l’amitié 

Le cœur serré comme un bouton de rose vers le jardin je cours m’offrir aux météores 

J’y entends le zéphyr à la rose chuchoter son mystère le rossignol aimer de ses trilles secrets

Ne surseois point étreins le bien-aimé chéris l’instant ne sème les regrets 

Babille avec la rose quand elle est juste éclose demain déjà ton temps sera passé et au jardin des roses trouveras porte close 

Au prince qui délaisse le poète Seigneur ! Montre lui les chemins de l’extase

bio.jpg

____&&____

La demeure où je vis couve une joie secrète j’y ai un bien-aimé et je m’enflamme à sa beauté  

Je suis un amoureux un fou de Dieu ivre d’extase je dois ma transe à la beauté de l’ange 

Et dés qu’il abandonne mon cœur à la jachère mon esprit tourmenté s’égare et tourne comme un vin amer 

Sa beauté m’exaspère quand rendu à la terre il me reste mes larmes dont j’abreuve mes frères 

Voudrais-tu partager mon délire ? Je te garde un breuvage de mots tendres capiteux élixir  

Apporte moi les flèches de tes feux amoureux mon cœur meurtri serré doit encore batailler 

Et puisque peines et joies sur terre sont passagères

Haut les cœurs Hafez au diable les soucis et que ta joie demeure

links.jpg

____&&____

Le rossignol à l’aube dit à la rose à peine éclose ne sois pas si dédaigneuse tant d’autres ici fleurissent pareilles à toi belles et parfumées 

La rose répartit dans un sourire : le vrai ne saurait m’offenser mais aucun amant n’a de paroles si dures avec sa bien aimée 

Si tu aspires au nectar de la coupe sacrée ne crains pas les perles de tes larmes sur tes paupières 

Celui qui n’a jamais balayé de son front la poussière de ton seuil ô taverne ne connaîtra l’amour que rien ne met en deuil 

Hier dans les jardins de Shiraz la douce haleine du matin mit en émoi le parfum des jacinthes alors je me suis écrié 

Ô bien aimé où est la coupe magique qui révèle les mystères ? Hélas tu es retourné au sommeil et ton regard s’est obscurci 

Car ce n’est pas d’Amour dont tu fais des discours ô échanson abreuve moi de ce vin qui abrège les palabres 

Les larmes de Hafez et ses spéculations ont rejoint l’océan

bird-arabesque.jpg

____&&____

Plus suave que l’allégresse l’ami la rose ou le printemps ? Qui est-il ? D’où vient-il ? Où va t-il ? 

Il t’effleure de ses ailes ? Alors cueille l’instant car nul ne sait les caprices du vent 

Sois vigilant ! Un fil suspend la vie prends soin de l’âme et balaie les soucis 

Les jardins du paradis ? La source claire ? C’est boire le vin à la fraîcheur d’une combe de la rivière 

Choisir l’ivresse ou la sobriété est de peu d’importance si tu t’égares dans l’une ou l’autre des instances  

Ce que cache le voile ? Le firmament l’ignore bien quelle prétention d’en vouloir quereller le gardien  

S’il ne faisait crédit de mes fautes et péchés que serait sa miséricorde ? Que vaudrait sa pitié ? 

Au vin du paradis prétend le puritain quand Hafez se contente d’une coupe de vin 

Et qui sait où serpente le chemin ? 

gazal01.jpg

____&&____

Au crépuscule de mes jours l’amoureux que j’étais au printemps de ma vie hante ma mémoire et le secret que j’abritais dans les abysses de mon cœur réapparaît sur le miroir 

Je croyais que l’oiseau dans ma poitrine volait par-delà les cimes oh malheureux ! Ton  erreur te renvoie aux abîmes 

Oh gazelle aux yeux sombres quels chagrins tu me fis endurer Sais-tu que ton parfum de musc donne à mon sang vigueur et volonté ? 

De ta promenade elle souffle sur les allées cette brise du matin qui s’enivre de tes senteurs musquées 

Lorsque les flèches de tes cils se font armes les cœurs succombent aux assauts de ton charme 

Le cloître des moralistes a déserté la vie je m’y suis épuisé à discuter sans fin leurs arguties 

Les nuques raides même assouplies ne deviennent pas des amoureux du vin elles sont d’un bois trop sec et personne n’y peut rien 

Hafez qui s’ajustait à la beauté comme les gants à ses mains est dérouté par ses contradictions au soir de son destin

fal.jpg

____&&____

       S‘il t’est donné un coeur paisible et un aimable compagnon la chance te sourira tu seras souverain 

La cour de l’amour est plus resplendissante que celle de l’intellect et qui maîtrise son cœur y sera honoré 

Ta douce petite bouche me rappelle le sceau de Salomon la beauté de ce monde est sous l’empire de son baiser 

Ô riche prend garde à ne pas mépriser l’infirme ou le mendiant au temple de la joie la place d’honneur leur est gardée 

Bénis le pauvre tu auras l’âme en paix le corps en joie Qui se réjouit de sa moisson s’il ne prend soin des moissonneurs? 

Ô zéphyr toi qui connais le secret de mon amour parle à la reine dis lui que ma dévotion surpasse la révérence de ses cent esclaves réunis

Si elle te répondait qu’elle n’a que faire de l’amour d’un Hafez indigent dis lui que royauté suprême prend pauvreté pour compagne

hafez-2.jpg

____&&____

Viens ! Effeuillons la rose que le vin coule à flot renversons la voûte céleste inventons la vie nouvelle !

Si l’armée des chagrins fait verser le sang des amants Hafez et l’échanson lèveront leurs bataillons et les mèneront à la victoire 

Verse le vin rubis au parfum de rose inhalons les senteurs enivrantes de l’encensoir  

Ô musicien mêle tes chants d’allégresse au gai murmure de la rivière dansons et clamons des ghazels ! 

Ô zéphyr laisse reposer la poussière de ce corps et qu’il me soit donné de contempler ton visage noble Seigneur 

Ils s’étourdissent de leurs idées ou se perdent en bavardage viens ! Laissons-les se consumer à la flamme de ton regard 

Si tu cherches l’Eden rejoins moi à la taverne là au pied du tonneau je te ferai plonger dans la rivière céleste 

Eloquence et flatteuses palabres ne sont pas dignes de Shiraz viens Hafez! Embarquons vers d’autres horizons!

hafez-portrait.jpg

____&&____

Un ami libre par les temps qui courent est un pichet de vin clair un recueil de poèmes 

Laisse donc sur le bord de la route ton bagage inutile le chemin se ressere vers la lumière étreins l’instant qui passe d’une vie  précieuse et sans pareil 

Je ne suis pas seul découragé par mon sommeil le clerc l’est aussi engourdi dans son dogme

Cette vie est un chaos pour le veilleur le monde et ses affaires instable passageres 

Saisis la beauté sur ton passage ne te raconte pas d’histoires quelle que soit ta fortune Venus et Saturne sont à la barre  

J’ai travaillé si dur à me dissoudre en ton amour la mort aussi travaille sans cesse à la besogne 

Jamais ceux qui sont ivre du vin de l’échanson ne verront Hafez sobre en quelconque assemblée 

 hafez-drawing.jpg

____&&____

Si j’excepte ton seuil je n’ai d’autre refuge en ce monde sauf à cette porte je n’ai nulle part où me rendre 

Quand l’ennemi dégaine son épée je laisse choir mon bouclier mon épée est mon soupir mon gémissement ma plainte 

Je n’ai pas à me détourner de mon cercle d’initiés il n’est pas de meilleure compagnie de lieu plus propice 

Si le destin devait réduire ma vie en cendre je lui dirais brûle la fais-en un feu de paille 

Je suis l’esclave d’une image narcissique la svelte beauté d’un cyprès imbu de son élégance il n’a de regard que pour lui-même 

Ne cause préjudice à quiconque et fais ce qui te plait c’est notre loi il n’est point d’autre péché 

Ô veilleur maîtrise ta monture d’autres épreuves t’attendent au détour du chemin 

Contre les embuscades de la route je n’ai d’autre protection d’autre refuge que ta présence 

Le feu de ton cœur Hafez vaut mieux qu’un grain de beauté une chevelure aucune des séductions ne mérite ta confiance 

hafez1.jpg

___&&___

Qui préserve la flamme sacrée l’ange le préserve en toutes circonstances

Seule la présence amie entend les messages de l’ange il faut être initié pour ne pas les dénaturer

O cœur vis de telle sorte que si tu trébuches l’ange te reçoive dans le berceau de ses bras

Si ton désir est de ne pas être abandonné par ton bien aimé honore ton serment pour qu’il l’honore en retour

O brise si tu surprends mon cœur enchevêtré dans sa chevelure par la caresse de  ton souffle dis-lui de l’y garder

Quand je lui ai dit Garde mon cœur sais-tu ce qu’elle m’a dit ? Je ne peux seul l’ange te garde

Ma tête mon cœur mes trésors et ma vie lui appartiennent comme prix de son amour de sa fidélité

La poussière du chemin soulevée par ses pas Hafez est la brise qui l’emportera

hafez-le-poete.jpg

____&&____ 

Tu goûteras à la coupe magique quand ton regard se posera sur le sol de la taverne

Réjouis-toi sous la voûte céleste de musique et de vin Sais-tu que la musique libère le cœur de l’étau du chagrin ?

La plus belle fleur de ta quête te sera révèlée si tu te donnes à elle corps et âme comme la brise aux aurores

Mendier à la taverne est l’unique élixir si tu peux t’y résoudre tu transmuteras la terre en or

N’hésite pas à te lancer sur les sentiers escarpés de l’amour l’excursion est sublime te paiera au centuple

Si tu restes attaché aux seules joies de la terre cette voie n’est pas pour toi

La beauté de l’ami n’est pas cachée derrière un voile sous un masque Ouvre les yeux tu la contempleras

Si tu veux goûter à la présence pure à l’ordre des constellations suis-moi accueille la générosité des frères qui te précèdent sur le chemin

Si tu aspires au nectar suprême à baiser les lèvres du bien aimé ne t’accorde aucune trêve

Ô cœur si tu vois la clarté qui illumine le chemin réjouis-toi tu en as fini des spéculations

O Hafez fais ton pain de cette moisson céleste et nul obstacle ne te détournera de la lumière qui jamais ne pâlit.

hafez.jpg

____&&____

Ô échanson l’esprit de ton vin m’embrase ô musicien chante à l’univers que mon cœur est comblé

J’ai vu l’ami se refléter dans ma coupe Hé toi ne vois-tu pas les délices inépuisables dont elle me fait l’offrande ?

Jamais ne meurt celui dont le cœur est enflammé d’amour son nom est à jamais gravé dans le grand livre de l’univers

La grâce légère des élégantes ne se mesure avec la robustesse de mon amour

Ô brise si tu parcours le jardin des amis prends pitié délivre au cher ami mon message

Demande lui pourquoi il s’applique à m’effacer de sa mémoire un jour viendra où il m’aura perdu

Mon veilleur suffit à ma transe amoureuse il me garde du monde et de ses torpeurs

Je crains qu’au jour du jugement le dogme du clerc ne s’évapore au feu de ma douce folie 

Fais germer tes larmes Hafez la colombe de la paix se nourrit de leur moisson

hafez_book-web.jpg

____&&____ 

Un connaisseur la nuit dernière me confia un secret d’échanson que je viens révéler 

Prends la vie comme elle vient! Il est dans la nature du monde de tourmenter celui qui se tourmente 

Il me versa une coupe de vin dont l’éclat brillait jusqu’aux étoiles et sur un air de luth convia Venus à entrer dans la danse et me dit : Bois donc ! 

 Ton cœur saigne? Offre cette coupe à la lumière de ton sourire au lieu de te lamenter comme une harpe sur ta blessure! 

A craindre l`illusion le secret te restera obscur l’ange Gabriel se fait entendre a l’oreille qui écoute 

Fils ! leve-toi ne t’inquiète pas du monde mon conseil est de grand prix prends en le meilleur soin 

Au royaume d’amour vains sont les discours l’œil qui voit et l’oreille qui entend sont les seuls invités 

Au royaume d`amour on a pas a se vendre le sage parle quand il sait ou garde le silence 

Ô échanson abreuve-moi de ton vin pour l’éveil de Hafez!

Levons notre coupe a sa presence! Le Rédempteur est parmi nous

tombe-hafez-nuit-web.jpg

___&&___ 

Ne t’afflige pas la beauté reviendra te réjouir de sa grâce  la cellule de tristesse se changera un jour en enclos plein de roses

Ne t’afflige pas cœur souffrant ton mal se changera en bien  ne t’attarde pas sur ce qui te trouble cet esprit bouleversé connaîtra de nouveau la paix

Ne t’afflige pas une fois de plus la vie va régner dans le jardin où tu soupires et tu verras bientôt ô chantre de la nuit sur ton front un rideau de roses  

Ne t’afflige pas si tu ne comprends pas le mystère de la vie derrière le voile est caché tant de joie !

Ne t’afflige pas si pour quelques instants les sphères étoilées ne tournent pas d’accord avec tes désirs la roue du temps ne va pas toujours dans le même sens

Ne t’afflige pas si par amour du sanctuaire tu t’avances dans le désert et si les épines te blessent

Ne t’afflige pas mon âme si le torrent des jours fait une ruine de ta demeure mortelle puisque tu as l’Amour pour te sauver de ce déluge

Ne t’afflige pas si le voyage est amer et le but invisible  il n’est pas de route qui ne conduise à un but

Ne t’afflige pas Hafiz dans l’humble coin où tu te crois pauvre et dans l’abandon des nuits obscures puisqu’il te reste et ton chant et ton amour

Ce quatorzième ghazel est une traduction de Charles Devillers

hafez_tombe-web.jpg

La tombe du Poète à Shiraz

____&&____

Pour en savoir plus sur Hafiz:

songs-of-hafez-web.jpg

____&&____

Published in:Uncategorized ||on juin 26th, 2010 |


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 28 articles | blog Gratuit | Abus?